Decrescendo

Convoquée par l’inspecteur Albertini après avoir mystérieusement disparu pendant une année entière, Estelle Aymeric prétexte tout d’abord avoir accompli un long voyage autour du monde. Guère convaincu par ce mensonge flagrant, l’enquêteur incite la jeune femme à lui relater toute la vérité. Débute alors une singulière confession… Non, Estelle n’a pas voyagé. Elle a été enlevée par un inconnu dont elle n’a connu que le prénom, Adrien. Un homme qui, durant de longs mois, la maintint en cage, et lui inculqua le bonheur dans la soumission, et la jouissance dans la douleur. De la peur initiale à l’abandon total de soi et de son corps, Estelle décrira ainsi au policier sa découverte des versants tabous du plaisir… « Decrescendo » fait souffler un vent de provocation et de libertinage sur la littérature érotique. En narrant avec raffinement la relation maître-esclave entre Adrien et Estelle, Max Gerny, digne héritier du marquis de Sade, bouscule les sexualités les plus consensuelles, explore les pans les plus sombres du désir, et livre un roman débridé, dans lequel la quête des sens ne cesse de s’intensifier et de repousser les frontières du convenable.

218 pages  -  ISBN : 9782748341003  -  Erotique > Commander le livre
La presse en parle

Une héroïne de roman


Max Gerny, vous publiez chez Edilivre un conte noir, avec une superbe couverture d'Angélique Curutchet…

… Merci pour elle. C'est une illustratrice de talent.

… Un conte noir donc, intitulé Une héroïne de roman. Comment vous est venue l’idée de ce livre ?

Ce livre est issu d'une visite de ma muse littéraire : elle me souffla une idée lumineuse. Mais chutt ! Je ne vais pas vous raconter l'histoire…

Pouvez-vous nous présenter l’ouvrage en quelques mots ?

Alors qu’elle s’apprête à passer ses UV de fin de première année à la Fac de lettres, Bérénice Vollanges tombe sur l’annonce suivante en feuilletant le journal :
« Recherche JF désirant sortir de l’anonymat et devenir une héroïne de roman ».
Bérénice va faire ainsi la connaissance d’un riche rentier doublé d’un écrivain en mal d’égérie, Édouard Vierier-d’Aiguefonde... et elle accepte de devenir l’héroïne de son roman.
Peu à peu, Bérénice se mettra à nu devant son pygmalion, et pour le meilleur et pour le pire, Vierier-d’Aiguefonde écrira Le destin de Bérénice…

C'est encore un érotique...

Le thème s'y prêtait… J'avais dans la tête L'artiste et son modèle, avec Jean Rochefort et Aida Folch, La belle noiseuse, avec Michel Piccoli et Emmanuelle Béart…

C'est du cinéma, non ?

Le principe est le même. Mais la littérature est beaucoup plus dangereuse, car elle ne montre pas, elle suggère. Elle avance masquée. Elle incite au rêve. Ce conte est une réflexion sur la création littéraire, comme La belle noiseuse était une étude sur le peintre et son modèle.

Vous créez pour l'occasion deux personnages…

Oui : Bérénice Vollanges (un clin d’œil à Choderlos de Laclos), une jeune étudiante un peu naïve ; et Édouard Vierier-d'Aiguefonde, un écrivain... tourmenté.

Vous ?

Absolument pas ! Je suis un peu partout dans mes romans, mais certainement pas là. Encore que ce que raconte Vierier-d'Aiguefonde sur la création littéraire est assez proche de ce que je vis.

On retrouve aussi le commissaire Michel Albertini…

Oui : le commissaire Albertini, de la Brigade des Mœurs de Lyon, est l'un de mes personnages récurrents. Et pour répondre à une question que vous ne me posez pas, Albertini, tout comme son alter ego à la Crim' le commissaire Addamah, sont très proches de moi : « le héros qui n'en a pas l'air »…

Comme les grands auteurs, vous créez un univers…

N'en jetez plus !.. Mais oui, il y a dans mes romans des personnages, des lieux, des atmosphères récurent(e)s.

Et ça finit bien…

C'est un principe chez moi : le happy end. Je ne l'ai pas inventé : ce sont les juifs d'Hollywood… J'ai écrit plusieurs fins possibles : une seule était un happy end. Les autres sont déjà oubliées…

Avez-vous d'autres projets dans les tiroirs ?

Un roman historique est achevé et en cours de relecture, Al-Andalûs, les martyrs de Cordoue.

Je vous remercie.


Posté le 02/12/2018 13:37:39
Laissez un commentaire
Votre nom ou pseudonyme * :
Votre e-mail * :
Votre message * :

* Champs obligatoires.